ballade 37 from other ballades

Ballade 37 from Other Ballades

english translation

Get the Flash Player to see this player.
audio of Ballade 37 from Other Ballades
Maryann Corbett reads the poem in translation, Ballade 37 from Other Ballades by Christine de Pizan (translated from the Middle French.)

Ballade 37 from Other Ballades

original Middle French poem

Autres Balades : XXXVII

      Jadis avoit en la cité d’Athènes
      Fleur d’estude de clergie souvraine ;
      Mais, non obstant les sentences certaines
      De leur grant sens, une erreur trop vilaine
      Les decepvoit, car pluseurs divers dieux
      Aouroient, dont aucuns pour leur mieulx
      Y preschierent qu’ilz devoient savoir
      Qu’il n’est qu’un Dieu, mais mal en prist à cieux ;
      On est souvent batu pour dire voir.

      Aristote le très sage, aux haultaines
      Sciences prompt, d’ycelle cité, pleine
      De tel erreur, fu fuitis ; maintes peines
      Il en souffri Socrates qui fontaine
      De sens estoit ; fu chaciéde cil lieux
      Pluseurs autres occis des envieulx
      Pour verité dire, et apercevoir
      Peut bien chascun que partout soubz les cieulx
      On est souvent batu pour dire voir.

      Se ainsi va des sentences mondaines ;
      Pour ce le di que pluseurs ont ataine
      Sur moy, pour tant que paroles très vaines,
      Deshonnestes et diffame incertaine,
      Reprendre osay, en jeunes et en vieulx,
      Et le Romant, plaisant aux curieux,
      De la Rose, que l’en devroit ardoir !
      Mais pour ce mot maint me sauldroit aux yeux
      On est souvent batu pour dire voir.

      Princes, certes, voir dire est anyeux
      Aux mençongeurs qui veulent decevoir,
      Pour ce au pere voit on mentir le fieulx :
      On est souvent batu pour dire voir.

 

Syndicate content